« Que ton alimentation soit ta première médecine »

Très répandue dans le domaine de la nutrition et de la diététique, cette célèbre citation, vous l’aurez compris, n’est pas tirée de la Bible mais plutôt des écrits d’Hippocrate, celui que l’on considère comme le père de la médecine mais c’est aussi un pionnier de la diététique.  En effet il reconnaissait l’alimentation comme un des piliers d’une bonne santé.

Aujourd’hui on associe bien souvent le mot diététique à l’idée de régime et de restriction, en réalité, son origine à un tout autre sens. Diététique vient du Grec « Diaita » qui signifie « Hygiène de vie, mode de vie » ou encore « Art de vivre » pour les plus poétiques. L’alimentation est donc un art de vivre et un moyen de nous maintenir en bonne santé et de prévenir certaines maladies.

« Diaita » n’apparaît à aucun moment dans la Bible, probablement car il ne fait référence qu’au domaine physique et non au domaine de l’âme et du spirituel.

Cependant l’alimentation tiens une place importante dans la Bible et les métaphores avec celles-ci sont nombreuses :

Les graines, plantes et fruits donnés comme nourriture à l’Homme dans Genèse 1.

L’homme qui désobéit à Dieu en mangeant du fruitde l’arbre de la connaissance dans Genèse 3.

Dieu qui bénit Noé en donnant la viande en plus des graines, plantes et fruits comme nourriture de base dans Genèse 9.

Le peuple Juif dépendant de Dieu pour se nourrir quotidiennement par la manne envoyée du ciel dans Exode 16… L’alimentation et les rituels associés étaient aussi un moyen pour le peuple juif de se distinguer des autres peuples et cela avait été donné par Dieu lui-même. Les exemples sont nombreux et ceux ne sont que les deux premiers livres de la Bible.

Puis Jésus, en plus de faire des miracles avec la multiplication des pains et des poissons afin de nourrir le peuple affamé (autant au sens physique que spirituelle) utilisent de nombreuses métaphores avec l’alimentation. L’une des plus connues et celle du pain et du vin symbole de son corps et de son sang donné pour nous. Il passait également beaucoup de temps à table avec ses disciples mais aussi avec les gens « peu populaire ». La table et les repas sont un symbole de convivialité, d’hospitalité, un moyen d’accueillir son prochain et de le bénir.

Si on extrapolait la diététique au sens spirituelle, quel pourrait être notre diététique spirituelle, notre art de vivre spirituelle ? Comment et pourquoi notre alimentation spirituelle peut être notre première médecine ?

On dit souvent « mieux vaut prévenir que guérir ». Une bonne diététique permet de prévenir un bon nombre de maladies. L’Organisation Mondiale de Santé (OMS) déclare que 70% des décès résultent de maladies non transmissibles qui sont pour la plupart en lien avec notre hygiène de vie :  tabac, stress, alcool, sédentarité, alimentation, sommeil… Un grand nombre de décès pourrait être évité par une meilleure hygiène de vie. Et si cela était pareil avec notre hygiène spirituelle ?

Les symptômes d’une mauvaise diététique peuvent être : La fatigue, l’irritabilité, une baisse de perfomances, d’énergie et de motivations, des problèmes de concentration et de digestion, des variations de poids, de l’essoufflements. A l’opposé, d’une bonne hygiène de vie résultent une meilleure énergie et vitalité, des meilleures performances, de la stabilité au niveau de notre poids, une bonne digestion…

Dans Galates 5v19-21, Paul nous dresse une liste de ce que pourrait être les symptômes d’un déséquilibre dans notre vie spirituelle : L’adultère, l’immoralité sexuelle, l’impureté, la débauche, l’idolâtrie, la magie, les haines, les querelles, les jalousies, les colères, les rivalités, les divisions, les sectes, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les excès de table et les choses semblables.  En poursuivant ce passage, Paul nous indique en verset 22, le fruit de l’Esprit signe d’une bonne santé spirituelle équilibrée : L’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi.

L’alimentation est l’un des piliers d’une bonne santé, elle à la capacité de le fortifier ou de l’affaiblir, la capacité de prévenir ou d’accélérer l’apparition de certaines maladies. Il est donc important de veiller aux nutriments que l’on apporte à notre âme et à notre esprit mais aussi de veiller à la manière dont on assimile ces nutriments quotidiennement.

Jésus, symbole vivant de la Parole de Dieu nous dit dans Jean 6v51« Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. ». Mais Jésus ne se contente pas de nous nourrir, il nous hydrate et étanche notre soif par son Saint Esprit. Jean 4v14 «En revanche, celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle».

La base de notre alimentation spirituelle est donc la Parole de Dieuet la présence de son Saint Esprit.

Manger ne suffit pas, il nous faut aussi digérer et assimiler correctement les nutriments et pour cela nous avons la méditationde la Parole de Dieu, la Bible. Psaumes 1v2-3« Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu’il fait lui réussit. (= Signe d’une bonne santé).

Nous avons tendance à ressembler aux personnes que l’on fréquente. Nos relations et notre environnement nous influencent que ce soit de manière positive ou négative. Quel est notre environnement, quels sont mes relations et mes influences ? Est-ce que ceux-ci m’aident à maintenir une bonne santé spirituelle ou m’amène plutôt à un déséquilibre ? La présence de Dieu ne peut que nous influencer que de manière positive, puisque la bonté est dans sa nature même. Une des clés et donc de passer du temps dans sa présence,que ce soit dans la prière, dans la louanges, l’encouragement et l’édification des uns et des autres.

Dieu est un Dieu remplit d’amour et de compassion qui tels un bon médecin préfère nous prévenir des maladies plutôt que de les guérir « A celui qui peut vous garder de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irréprochable et dans l’allégresse » – Jude 1v24. Comme Dieu a placé tous les bons nutriments dont notre corps à besoin dans sa création ; il a aussi, dans son amour et sa grâce, mis à disposition tous les nutriments spirituels pour nourrir correctement notre âme et notre esprit.

Mais Dieu n’a pas de limite et il est tout aussi puissant pour nous guérir lorsque nous tombons malade, n’ayons donc pas peur du diagnostic effrayant. Cela nous arrive tous d’être en colère, jaloux, envieux, dans l’excès… Jésus nous dit « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » Marc 2v17. Et le péché peut être comparé à la maladie de l’âme et de l’esprit. Il promet de nous guérir « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » Matthieu 11v28. Pour cela commençons à prendre ou reprendre une bonne diététique, c’est-à-dire passer du temps dans sa présence, lui crier à l’aide, lire et méditer sa parole, prier, louer.

Alors oui, que ta parole et ta présence Saint Esprit soit notre première médecine et puisse nous aider au quotidien à nous saisir des bons nutriments pour notre bonne santé et croissance spirituelle afin que celle-ci puisse aussi être source de bénédiction pour ton royaume, nous-même et notre prochain.

Par Mélody Vigneron un ami de Raviv’France

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This