D’autres articles de Raviv’France

 Orphelin du Ciel sur Terre

Vous connaissez cette sensation ? Celle de l’incompréhension, quand plusieurs choses vous paraissent incohérentes alors qu’elles devraient l’être. Mais dans votre tête ça ne connecte pas, et tout ce qui résonne, c’est ce pourquoi. Pourquoi ?

Vous essayez tant bien que mal de résoudre l’énigme mais rien n’y fait et parfois la seule manière d’avoir une réponse c’est d’arrêter de se battre et laisser la réponse venir à vous.

Voilà ce qui s’est passé pour moi pendant plusieurs années concernant un moment particulier de la vie de Jésus. Vous vous souvenez de ce cri de Jésus sur la croix ?

« Eli, Eli, lama sabachthani ? Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27 :46).

Là. Mon pourquoi se tenait juste là, au cœur de cette phrase. Pourquoi le Fils unique de Dieu, venu du Ciel, celui qui serait couronné pour l’Eternité siégeant à la droite du Père lui-même, pourquoi celui-ci crierait-il à l’abandon ? Pourquoi lui, lui poserait la question du pourquoi ? Pourquoi Jésus lui-même serait il sujet à l’incompréhension ?

Dans Jean 17 au verset 21 Jésus prie le Père

« afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé ».

Jésus demeure dans le Père et le Père demeure en lui. Il connaît donc Ses pensées, Il connaît son cœur, les mystères de Dieu. Pourtant, il questionne sincèrement Dieu sur la croix. Ce Dieu fait homme, celui en connexion totale avec le Père et l’Esprit Saint pose la question à son père : pourquoi ? L’incompréhension que nous connaissons si bien, installée l’espace d’un instant en Jésus. Stupéfiant.

Puis, après avoir retourné le problème dans ma tête sans pouvoir y trouver une solution, j’ai laissé la question de côté, pensant qu’un jour j’aurais forcément une réponse.

Et, un soudain de Dieu. Alors que je me tiens dans Sa présence avec une de mes responsables pastorales, présentant à Dieu mes souffrances pleinement humaines, il me montre l’envers du décor au travers de la bouche de cette précieuse personne qui me parle de la part du Père.

Sur Terre, Dieu s’est fait chair, il a embrassé notre humanité jusque dans son être. Il a connu les souffrances de l’Homme pour les vaincre. Rejet, dépression, injustice, et j’en passe : il les a connu, il les a vaincu.

Ce cri si humain, c’est le notre. Jésus crucifié sur le bois a porté le poids du péché, de la maladie, et parmi tant d’autres choses crucifiées avec lui sur cette croix : le cri des orphelins de la Terre. Il s’est fait orphelin du Ciel sur Terre l’espace d’un instant.

Ce pourquoi c’est le notre, le Fils l’a porté, il l’a ressenti, il a souffert l’incompréhension pour l’abolir à la croix. Il nous a libérés en crucifiant l’esprit d’orphelin.

Cette crucifixion est pour nous un chant d’espoir que le Roi ressuscité d’entre les morts nous offre. Jésus nous fait don de la possibilité de vivre sans cette souffrance déchirante de l’orphelin. Que nous soyons orphelins naturels ou orphelins spirituels, il a payé le prix ultime pour abattre cette douleur. A la croix, l’Amour a gagné. Et c’est cet Amour qui vient combler le gouffre immense dans nos cœurs.

Dans Malachie 4 :6 Dieu nous fait la promesse qu’il enverra le prophète Elie et qu’il ;

« ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères ».

Il est intéressant de noter que ce verset est le dernier verset de la première alliance, pourquoi ? N’y voyez vous pas la promesse du Père ? La dernière phrase annonce prophétiquement l’esprit d’adoption et la réconciliation entre les pères et les enfants dans cette nouvelle alliance. Elle annonce la grâce qui découle du sacrifice de Jésus bien avant que tout cela n’arrive.

Quand Jésus a crié vers le Père sur la croix, il a accompli la prophétie de Malachie, la promesse du Père envers Ses enfants.

La Bible nous dit que quelques uns qui étaient là, ayant entendu Jésus crier, pensèrent qu’il appelait Elie alors qu’il s’adressait à Dieu lui-même. Yeshua criait vers le Père alors qu’il accomplissait la promesse de l’envoi de l’esprit d’Elie qui ramène le cœur des pères vers les fils et le cœur des fils vers les pères. Jésus est l’incarnation du don du Père lui-même qui nous adopte comme Ses enfants, le Père parfait, sans défaut ni tâche. Le Créateur de l’Univers nous ouvre Ses bras. Il sacrifie Son Fils unique, Celui sans péché, portant la malédiction à la croix pour rendre la bénédiction du Père accessible à Israël et les nations.

Nous avons un cadeau devant nous, ne le laissons pas de côté. Ouvrons le et donnons au Rédempteur nos blessures d’orphelins afin qu’Il les referme par l’esprit d’adoption. Laissons nous aimer, le prix a été payé et il était destiné à l’être depuis la fondation du monde.

Par Salomé Barba

D’autres articles de Raviv’France

Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine les articles de Revive Israel.

Chaque semaine l'équipe de Revive Israel partage un court message, enseignement, article d'actualité, ne manquez pas une occasion d'être connecté avec ce qui se passe en Israël et dans les nations! 

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This