Elections en Israël

Que se passe-t-il quand un parti n’a pas la majorité des voix?

 

Israël a ce qu’on appelle la Knesset avec 120 sièges. Dans ces élections, 40 partis différents cherchent à obtenir des sièges durant ces élections. Pour être représenté, il faut au minimum 3,25 % des voix, ce qui représente 4 sièges.

Pour former un gouvernement par contre, il faut 61 sièges, ce qui n’est pas simple à obtenir pour un seul parti. En 2009, par exemple,  le parti Kadima avec  Mme T. Livni avait 29 sièges, mais elle n’avait pas assez de partenaires dans les autres partis pour former une coalition.

Pendant les élections, les partis s’invectivent les uns les autres, après ils doivent essayer de s’arranger pour former une coalition en s’octroyant mutuellement des faveurs ou des positions au gouvernement.

Avec 61 sièges, soit plus de 50 %, on peut aller voir le président et lui dire, nous avons une coalition. Mais avec un nombre de sièges aussi limite, n’importe lequel des partis impliqués peut faire pression sous peine de se retirer si votre politique ne lui plait pas. Le but est donc d’avoir au moins 70 – 75 sièges. Si on arrive à 90, on est à l’aise. Une des coalitions de Netanyahu établie par le passé,était une des plus grandes jamais vue, mais sa dernière coalition n’a commencé qu’avec 61 sièges pour passer ensuite à 67, avant de finalement que le gouvernement soit dissout en novembre et appelé à de nouvelles élections qui ont lieu maintenant.

Un grand parti peut former la majeure partie de la coalition, mais un plus petit parti peut avoir un rôle important en proposant ses sièges pour se joindre à une coalition en échange de différentes dispositions.

Comment prier? Pour que la volonté de Dieu soit faite.

Lorsque le gouvernement a été dissout, Netanyahou était relativement sûr d’être réélu et de reformer une coalition avec un mandat plus fort et une possibilité plus grande de gouverner. Il y avait aussi des rumeurs qu’il pourrait être accusé de fraude et certains pensent qu’il a fait collapsé son propre gouvernement parce qu’il pensait que le procureur ne le mettrait pas en examen pendant un temps d’élection, mais le procureur général n’a pas été arrété par cela et la situation s’est retournée contre Netanyahou. Cela signifie que dans les 9 mois qui viennent un jury va être constitué pour décider s’il faut le poursuivre pour corruption ou non. Cependant, c’est la première fois dans l’histoire d’Israël que le premier ministre est mis en examen.

Comment gouverner un pays, même si on est innocent, tout en étant mis en examen?

C’est compliqué. Au moment où le gouvernement a été dissout, il n’y avait aucun parti suffisamment important pour recueillir les 30 sièges que le Likoud espérait gagner, jusqu’à ce que Yaïr Lapid (ministre des Finances 2013-2014) et Benny Gantz (chef d’État-major de l’armée, 2011–2011)  s’unissent avec leurs partis de centre droit (Yesh Atid (Il y a un futur) et Hosen L’Yisrael (Résilience d’Israël) ) pour créer un nouveau parti (Bleu Blanc). L’union de ces deux partis s’est faite juste avant l’annonce de la mise en examen de Netanyahou et un sondage des médias annonçait alors qu’ils pourraient gagner jusqu’à 45 sièges, ce qui signifie qu’ils auraient eu la victoire. Leur arrangement était que Gantz soit premier ministre pendant deux ans et demi et Lapid pendant un an et demi. Il leur a fallu des semaines pour s’arranger parce que manifestement, ils voulaient tous les deux, être Premier ministre.

Ces deux partis sont de centre-droit. Cela ne signifie pas être raciste, mais être pro -sécurité, sans compter que Gantz a été chef d’Etat-major. Bien que militaire, son élection ne peut affecter la démocratie.

Dans les derniers sondages, le Likoud a regagné la tête par rapport au parti Bleu Blanc dans les sondages, mais de très peu, et les sondages ne sont pas vraiment représentatifs, parce que plus de 20 % des Israéliens ne décideront pas pour qui ils vont voter, jusqu’au 9 avril, parce qu’il y a près de 40 partis et qu’il faut être stratégique par rapport à ces formations de coalition.

L’élection en Israël ne se situe pas entre la droite et la gauche, mais entre la droite et le centre droit et personne ne peut vraiment prédire quel va en être le résultat.

Dans les partis, il y a un parti d’extrême droite appelé Otzma Yehudit (Force juive) dont les racines remontent à un rabbin radical appelé Meir Kahane. Ce parti n’est pas suffisamment important pour entrer par lui-même à la Knesset. Mais Netanyahou se sentait concerné parce qu’un de ces partenaires, le parti « Israel Beytenou » était en train de perte du soutien de la population parce qu’ils avaient approchés des gens de gauche pour former un autre parti et risquaient de ne gagner aucun siège. Il les a donc poussés à se lier avec ce parti raciste bien qu’il ne soit pas raciste lui-même et cela a terni son image. Faire confiance à Dieu est plus important que de faire de mauvaises alliances pour être sûr de gagner.

Pour résumé, le 9 avril, les israéliens vont voter. Il y aura 120 sièges avec 40 partis différents. Il faut au moins 4 sièges pour faire partie du gouvernement et ensuite former une coalition d’au moins 61 sièges.

Comment prier? Il faut demander à Dieu qu’Il fasse sa volonté dans ce pays. Ce pays a besoin de réveil, d’un mouvement de Dieu, que Dieu réveille cette nation. La Bible dit clairement que Dieu va ramener le peuple juif de toutes les régions du monde où Il l’a dispersé. Il l’a fait miraculeusement en 1948 après 2000 ans. C’est la seule nation pour lequel cela s’est passé, mais dans ce même passage, il dit que quand il le ramènerait, il l’aspergera d’eau pure, enlèvera son cœur de pierre et lui donnera un cœur de chair. Dieu va souffler sur cette nation. C’est ce qu’il faut prier.

Ap 1: 7, citant Zacharie 12: 10 – 14, dit qu’avant le retour de Yeshoua il y aura un réveil dans ce pays, que tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé.

«  Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, Celui qu’ils ont transpercé. Ils porteront son deuil comme on porte le deuil d’un (fils) unique, Ils pleureront amèrement sur lui, aussi amèrement que sur un premier-né. » (Za 12: 10 – 14)

Un jour va venir où le peuple juif dans son entier verra que Yeshoua est le Messie.

Dans Mt 23: 39, Yeshoua leur dit: … vous ne me verrez plus désormais jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur (Baruch Haba b’shem Adonai) ! En résumé, je ne reviendrai pas jusqu’à ce que les Juifs de Jérusalem reconnaissent que je suis le Messie et qu’ils m’accueillent. C’est ce pour quoi nous devons prier.

Autre source par rapport aux élections et partis en présence: https://www.middleeasteye.net/fr/news/elections-israeliennes-2019-les-partis-et-candidats-au-poste-de-premier-ministre.

lien vers la Youtube vidéo originale en anglais: Ron Cantor, https://tikkun.tv/your-israel-connection-april-9/

 

-Par Ron Cantor

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This