CHRETIENNE ET FEMINISTE ?

Mettons cartes sur table : Je crois qu’être chrétien.ne et féministe n’est pas contradictoire mais complémentaire.

 

Le terme « féminisme » est défini comme un mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société[1], une doctrine ayant pour objectif la fin de l’oppression et des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien[2], une revalorisation du rôle des femmes dans la société[3] ou encore un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes[4].

 

Si l’on se tourne vers la Parole, dans Matthieu 22:39 il est écrit : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » et dans 1 Corinthiens 13:6 on peut lire : « L’amour ne se réjouit point de l’injustice (…) ». « Aimer » signifierait donc, en partie du moins, à combattre l’injustice. (Pas si éloigné du « féminisme » finalement ?)

Plus j’avance et plus je suis convaincue, que se positionner contre le traitement inacceptable et les discriminations dont sont victimes tant de femmes aujourd’hui est notre responsabilité en tant que chrétien.ne.s ; car c’est ça aimer son prochain.

 

Être féministe, c’est en fait marcher dans les pas de Jésus, Lui qui est venu restaurer le projet initial de Dieu pour l’homme et la femme. Jésus, tout au long de son ministère, n’a-t-il pas rappelé combien la femme avait de la valeur aux yeux du Père ? On peut lire dans les Évangiles que Jésus était entouré de femmes, Marthe, Marie, Jeanne, Suzanne et bien d’autres. Il aimait passer du temps avec elles et c’est d’ailleurs à deux femmes qu’il s’est révélé après avoir ressuscité. Comme le dit très bien Kris Vallotton, « Jésus est le fondateur du mouvement de libération de la femme, il a enseigné les femmes, s’est adressé à elles publiquement, les a protégées de la communauté religieuse et leur a donné les outils pour exercer un ministère », tout cela dans une société très patriarcale.

Eh oui, cela va en choquer certain.e.s, mais Jésus est mon premier modèle féministe.   

 

Au cours des siècles, une partie de l’Église s’est éloignée de ce chemin ; il est temps que nous retrouvions le regard et l’attitude de Jésus vis-à-vis de la femme.

 

Une phrase que j’ai beaucoup entendue de la part de chrétiens est : « Personnellement, je ne suis pas féministe, mais je trouve très bien toncombat . » Malgré toutes les bonnes intentions derrière ces propos, je rêverais d’entendre plus souvent des gens parler de la lutte pour les droits de la femme comme étant leur combat, notre combat.

 

Pour vous donner quelques chiffres, 50% de la population est composée de femmes, ce qui signifie qu’il y a plus de 3.5 milliards de femmes sur Terre…

Cependant, partout dans le monde, elles sont victimes de violences, d’inégalités et d’injustices…

 [On estime que] 130 millions de femmes ont subi une mutilation génitale[5].

 > La violence domestique est (…) la cause principale de la mort ou de l’atteinte à la santé des femmes entre 16 et 44 ans, plus importante que le cancer, la malaria ou encore les accidents de la route[6].

 > Une femme sur trois (…) a été violée, battue, forcée à l’acte sexuel ou abusée du moins une fois dans sa vie[7].

 > [Chaque année] 4 millions de femmes sont vendues pour le mariage, la prostitution ou l’esclavage[8].

 > Plus de 60 millions de femmes « manquent » dans le monde suite à des avortements sélectifs par genre[9].

 > 31 millions de filles en âge de fréquenter l’école primaire ne sont pas scolarisées[10].

 > 70% des femmes sont victimes de violences, principalement conjugales[11].

 > Jusqu‘à 70% des femmes assassinées le sont par leur conjoint masculin[12].

Et même chez nous…

  > [En Suisse] près de 43% du différentiel salarial [entre hommes et femmes], soit 657 francs, reste (…) inexpliqué[13].

  > En 2016, une enquête menée à Lausanne révélait que 72% des femmes de 16 à 25 ans avaient été harcelées dans l’espace public au moins une fois au cours des douze derniers mois[14].

  

 

En lisant cela, on peut vite se sentir impuissant, comme une goutte d’eau dans un océan de souffrance, et se poser la question : « Quel est mon rôle dans tout ça ? ».

Selon moi, nous avons tous et toutes la possibilité de transformer la culture dans laquelle nous vivons en une culture qui honore et respecte les femmes, chacun à notre niveau.

Comment ?

       En reprenant les personnes autour de nous qui parlent des femmes de manière vulgaire, sexiste ou machiste.

       En ne consommant plus de pornographie, car, en plus de véhiculer une image tordue de la femme, celle de « poupée gonflable » soumise aux désirs de l’homme et de montrer un nombre incalculable de scènes de viols et de S&M, l’industrie du X est une forme d’« exploitation sexuelle filmée » [15].

       En arrêtant de fréquenter des boîtes de nuits et des bars qui offrent des spectacles dégradants (strip-tease entre autres). 

       En osant interpeller un homme qui siffle, harcèle ou attouche une femme dans un lieu public.

       En intégrant ou en soutenant financièrement une des nombreuses associations se battant pour les jeunes filles et les femmes.

       En n’acceptant pas qu’une collègue soit payée moins qu’un collègue pour le même travail, sans raison valable.

       En apprenant à nos filles leur valeur et à nos garçons le respect des femmes.  

      

(La liste n’est pas exhaustive, ce sont seulement quelques pistes ; si tu veux creuser la question, je te conseille de visiter le site du Collectif « I respect women » et d’aller lire leur charte (et la signer si tu y adhères) : https://cirw.org.)

 

Si en commençant cet article, tu regardais d’un mauvais œil le féminisme, j’espère que ton regard a changé.

Le « féminisme » n’est pas un sujet tabou, un gros mot ou un phénomène de mode, mais un appel à un positionnement nécessaire dans un monde inégalitaire et discriminatoire.

Je ne soutiens de loin pas tous les combats menés par le mouvement féministe (mais ça c’est une autre histoire), cependant, je crois en une réappropriation du féminisme par l’Église, en d’autres termes retrouver un regard honorant et une attitude valorisante vis-à-vis des femmes, en se laissant remettre en question par le St-Esprit et en suivant l’exemple donné par le Christ.

 

Par Lisa Z. 

 

 

 




[1] DICTIONNAIRE DE FRANÇAIS : LAROUSSE. Féminisme, tiré de : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/féminisme/33213, Consulté le 15 avril 2019.

[2] TOUREV. P. La Toupie, tiré de : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Feminisme.htm, Consulté le 15 avril 2019.

[3] ENCYCLOPAEDIA UNIVERSALIS. Féministe, tiré de :   https://www.universalis.fr/dictionnaire/feministe/, Consulté le 15 avril 2019.

[4] WIKIPÉDIA : L’ENCYCLOPÉDIE LIBRE. Le Féminisme, tiré de : https://fr.wikipedia.org/wiki/Féminisme, Consulté le 15 avril 2019.

[5] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[6] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[7] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[8] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[9] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[10] UNESCO, L’éducation des filles – les faits, Rapport mondial de suivi sur l’EPT, Octobre 2013, tiré de : https://fr.unesco.org/gem-report/sites/gem-report/files/girls-factsheet-fr.pdf, Consulté le 9 avril 2019.

[11] GUERRIER, A. 70% des femmes dans le monde sont victimes de violences au cours de leur vie, France Culture, 25 novembre 2016, tiré de :https://www.franceculture.fr/societe/70-des-femmes-dans-le-monde-sont-victimes-de-violences-au-cours-de-leur-vie, Consulté le 15 avril 2019.

[12] AMNESTY INTERNATIONAL. Faits et chiffres, tiré de  :  https://www.amnesty.ch/fr/themes/droits-des-femmes/faits-chiffres-et/faits-et-chiffres, Consulté le 9 avril 2019.

[13] BUREAU DE l’EGALITE. Persistance des inégalités salariales en Suisse, EPFL,1er février 2019, tiré de : https://actu.epfl.ch/news/persistance-des-inegalites-salariales-en-suisse/, Consulté le 9 avril 2019.  

[14] REVELLO, S. Harcèlement de rue : En Suisse, des mesures pour pallier le vide, Le Temps, 5 août 2018, 22 août 2018, tiré de : https://www.letemps.ch/suisse/harcelement-rue-suisse-mesures-pallier-vide-juridique, Consulté le 9 avril 2019.

[15] MOUVEMENT DU NID : France. La pornographie, c’est de l’exploitation sexuelle filmée !, décembre 2016, tiré de : http://www.mouvementdunid.org/La-pornographie-c-est-de-l-exploitation-sexuelle-filmee, Consulté le 9 avril 2019. 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This